Les commentaires sont hors de ce post

Pèlerinage à la Porte Sainte du groupe du KTKO-partage biblique de la communauté de paroisses Sainte Marie

En cette année de la Miséricorde, un pèlerinage à la Porte Sainte a eu lieu accompagnés de Père Elie. Les paroissiens se sont rendus à la cathédrale de Perpignan où nous avons pu effectuer les différentes étapes proposées dans une démarche de conversion du cœur et se rapprocher de Notre Seigneur.

Qu’est-ce que la grâce de l’indulgence, accordée

par le Pape François pendant l’Année Sainte de la Miséricorde ?

« Le jubilé amène la réflexion sur l’indulgence. Elle revêt une importance particulière au cours de cette Année Sainte. Le pardon de Dieu pour nos péchés n’a pas de limite. Dans la mort et la résurrection de Jésus-Christ, Dieu rend manifeste cet amour qui va jusqu’à détruire le péché des hommes. Il est possible de se laisser réconcilier avec Dieu à travers le mystère pascal et la médiation de l’Église.

Dieu est toujours prêt au pardon et ne se lasse jamais de l’offrir de façon toujours nouvelle et inattendue. Nous faisons tous l’expérience du péché. Nous sommes conscients d’être appelés à la perfection (cf. Mt 5, 48), mais nous ressentons fortement le poids du péché. Quand nous percevons la puissance de la grâce qui nous transforme, nous faisons l’expérience de la force du péché qui nous conditionne.

Malgré le pardon, notre vie est marquée par les contradictions qui sont la conséquence de nos péchés. Dans le sacrement de la Réconciliation, Dieu pardonne les péchés, et ils sont réellement effacés, cependant que demeure l’empreinte négative des péchés dans nos comportements et nos pensées.
La miséricorde de Dieu est cependant plus forte que ceci. Elle devient indulgence du Père qui rejoint le pécheur pardonné à travers l’Épouse du Christ, et le libère de tout ce qui reste des conséquences du péché, lui donnant d’agir avec charité, de grandir dans l’amour plutôt que de retomber dans le péché.

L’Eglise vit la communion des saints.

Dans l’eucharistie, cette communion, qui est don de Dieu, est rendue présente comme une union spirituelle qui lie les croyants avec les Saints et les Bienheureux dont le nombre est incalculable (cf. Ap 7,4). Leur sainteté vient au secours de notre fragilité, et la Mère Eglise est ainsi capable, par sa prière et sa vie, d’aller à la rencontre de la faiblesse des uns avec la sainteté des autres.

Vivre l’indulgence de l’Année Sainte, c’est s’approcher de la miséricorde du Père, avec la certitude que son pardon s’étend à toute la vie des croyants. L’indulgence, c’est l’expérience de la sainteté de l’Eglise qui donne à tous de prendre part au bénéfice de la rédemption du Christ, en faisant en sorte que le pardon parvienne jusqu’aux extrêmes conséquences que rejoint l’amour de Dieu.

Vivons intensément le Jubilé, en demandant au Père le pardon des péchés et l’étendue de son indulgence miséricordieuse. »

(Pape François, Bulle d’indiction du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde)

 

Quelles sont les conditions pour recevoir la grâce de l’indulgence plénière ?

  • Le désir profond de véritable conversion
  • Un pèlerinage dans une église jubilaire de l’Année Sainte avec une réflexion sur la miséricorde et le passage de la Porte de la Miséricorde, la profession de foi (Credo) et la prière pour le Saint Père et ses intentions (Prière du Jubilé…), le Sacrement de la Réconciliation (reçu dans les jours qui précèdent ou qui suivent la démarche jubilaire), la participation à l’Eucharistie (communion à la messe)
  • Accomplir personnellement une ou plusieurs œuvres de miséricorde, corporelles ou spirituelles
  • Pour les personnes malades ou âgées et seules : « vivre avec foi et espérance joyeuse ce moment d’épreuve, en recevant la communion ou en participant à la Messe et à la prière communautaire, également à travers les divers moyens de communication »
  • Pour les personnes détenues : « dans les chapelles des prisons, elles pourront obtenir l’indulgence et, chaque fois qu’elles passeront par la porte de leur cellule, en adressant leur pensée et leur prière au Père, puisse ce geste signifier pour elles le passage de la Porte Sainte, car la miséricorde de Dieu, capable de transformer les cœurs, est également en mesure de transformer les barreaux en expérience de liberté. »
  • « Enfin, l’indulgence jubilaire peut être obtenue également pour les défunts. Nous sommes liés à eux par le témoignage de foi et de charité qu’ils nous ont laissé. De même que nous les rappelons dans la célébration eucharistique, ainsi, nous pouvons, dans le grand mystère de la communion des Saints, prier pour eux afin que le visage miséricordieux du Père les libère de tout résidu de faute et puisse les accueillir dans ses bras, dans la béatitude qui n’a pas de fin. »

 

Les commentaires sont fermés.